Retour à l'accueil Son vidéo
Retour à l'accueil

Inscrivez- vous
à notre News letter


 
Comparer 
 Les marques
 Les prix
Choisir 
 Essais produits
 Dossiers techniques
 Comment ça marche ?
 Guide achat
 Lexique
Acheter 
 Boutiques en ligne
 Blu ray et DVD
 Développement photo
 Occasions et enchères
 Financements
Service après vente 
 Guide de dépannage
 Stations agréées
 Tout sur le SAV
 Trucs et astuces

Baromètre des sites
Pixmania (+9)
Delamaison (+5)
La maison de Catherine (+3)
Fnac (-1)

Le baromètre complet


Accueil Ajouter aux favoris Contact

 Page précédente 

Trouvez votre marchand


Comment choisir son caméscope numérique ?

 Mono et tri-CCD. Un caméscope numérique est doté d'un capteur CCD de 1/3 pouce à 1/4 pouce. Il transforme les particules de lumière en signal électrique qui est alors numérisé puis stocké en mémoire. Le nombre de pixels indique la définition maximum de l'image, c'est pourquoi il est important de bien choisir sa résolution lors de l'achat. Suivant le modèle, la résolution du capteur varie de 540 000 à plus d'un million de pixels. Mais en pratique, les différents constructeurs ne parlent pas tous de choses comparables et n'exploitent pas les capteurs avec la même envergure.
Les capteurs à mode progressif, eux, balayent des lignes de pixels, affichant une image complète, sans décalage de temps entre les deux trames, à une vitesse de 25 images/seconde. On distingue aussi deux familles de capteurs : les mono-CCD et les tri-CCD. Ces derniers sont composés de trois capteurs juxtaposés. La qualité d'image est meilleure car les cellules du tri-CCD lisent un spectre plus large. Inconvénient: le prix

 Ergonomie. Si le design séduit l'oeil, l'appareil doit être pratique et facile d'utilisation. Devant la multiplication des fonctions disponibles sur les caméscopes numériques qui intègrent presque des outils de montage, la complexité d'accès à ces fonctionnalités pas toujours forcément indispensables nuit parfois gravement au bon maniement de l'objet. La majorité sont des caméscopes de paume et l'on distingue surtout deux types de modèles :
- les verticaux et les horizontaux.
Les appareils à épaule, quant à eux, sont réservés aux professionnels.
Un caméscope au format vertical a l'avantage de se "faire oublier", on le glisse aisément dans une poche. Son encombrement ne dépasse guère celui d'un appareil photo : la taille réduite de la cassette mini-DV autorise des caméscopes toujours plus petits. Il est léger et compact.
Le format horizontal est plus grand mais dispose généralement d'un écran ACL plus large et donc plus confortable à la prise de vue. Le poids est un facteur important dans l'ergonomie d'un caméscope. Lourd (plus d'un kilo), il sera plus stable mais aussi plus fatigant pour le poignet. Enfin, la position des boutons de commande (enregistrement, zoom, lecture, éjection de la cassette) contribue aussi au confort du vidéaste. Il n'est jamais agréable de se contorsionner les doigts pour faire un piqué. En revanche, de nombreux modèles éjectent la cassette sous l'appareil, ce qui est peu pratique lorsqu'on utilise un trépied.

 ZOOM. optique ou numérique : leur puissance va en général de 10x à 25x. Le zoom numérique, lui, pousse la focale jusqu'à 700x. Mais le résultat est très décevant car le zoom numérique, s'il voit loin, altère la qualité de l'image. Le zoom agrandit une partie de l'image mise en mémoire et la pixelise. Ne vous laissez donc pas tromper par ces chiffres alléchants.

 Stabilisateur. Le caméscope devenant de plus en plus léger et le zoom de plus en plus puissant, les ingénieurs ont palié les éventuels tremblements du poignet par un stabilisateur d'image. Le stabilisateur optique est le meilleur car il ne dégrade pas la qualité de l'image, contrairement au stabilisateur numérique.

 SenSibilité. La sensibilité, exprimée en lux (unité d'éclairement), détermine le seuil de lumière en dessous duquel l'image se dégrade. Elle dépend de la qualité du capteur et de l'ouverture maximale de l'objectif. En faible lumière (peu de lux), la qualité d'image s'atténue. Les caméscopes affichent des seuils de sensibilité allant de 0,4 à 7 lux. En théorie, plus l'appareil affiche de lux, moins il est sensible. Mais un modèle affichant une bonne sensibilité (par exemple 1 lux) ne rendra pas forcément une image impeccable en toutes circonstances. Car d'autres paramètres améliorent l'image en faible lumière: la balance des blancs, l'ajout de gain et les vitesses lentes d'obturation (1/10 ou 1/5 s). Au final, l'utilisation d'une torche d'au moins 20 Watts reste la meilleure solution.

 Viseur et écran. Si le viseur reste indispensable au cadrage, l'écran ACL facilite l'accès au menu interactif, le visionnage d'une cassette et permet de filmer au-dessus d'une foule. Mais les écrans n'ont pas tous la même taille et la même résolution. À surface identique, plus il y a de pixels et plus la définition, donc la lisibilité, sera meilleure. Les résolutions s'échelonnent de 61 000 à 246 000 pixels.

 RéglagIes. L'automatisation des réglages a démocratisé le caméscope. N'importe qui peut obtenir des images correctes sans se préoccuper de la mise au point ou de la balance des blancs. Certains constructeurs ont bien compris le souci des vidéastes de "garder la main" sur l'appareil, c'est pourquoi la fonction automatique offre généralement l'alternative manuelle. Avec l'expérience, les amateurs apprécient le réglage manuel notamment sur la mise au point. Comme celle-ci s'effectue sur la partie centrale de l'image, il est souvent impossible d'obtenir la netteté à la fois sur les parties distantes et les parties proches du sujet. Grâce à une bague d'objectif (ou une molette), on peut obtenir une mise au point satisfaisante sur les deux plans. De même, le caméscope n'a pas la capacité de s'adapter aux changements d'éclairage (l'imagebleutée ou rougeâtre). Pour minimiser ce défaut, le réglage manuel de la balance des blancs optimise le rendu colorimétrique.

 Le montage virtuel. La numérisation de la vidéo a ouvert la voie aux solutions de montage grand public sur ordinateur. Premiere, StudioDV ou iMovie coupent, copient et collent les séquences vidéos dans n'importe quel ordre avec titres, transitions et effets spéciaux d'un simple clic de souris. Cela est rendu possible grâce à la prise "DV-Out" (norme IEEE 1394) qui équipe tous les caméscopes numériques et qui exporte le film sur le disque dur de votre ordinateur. Une fois le montage terminé, reste à le recopier en vidéo numérique DV (en en DVDR/W). Pour cela certains modèles sont équipés d'une entrée DV (DV-1n) autorisant l'enregistrement du montage final sur cassette DV. Enfin, des caméscopes disposent d'une fonction de montage synchronisée et même d'une table de montage intégrée par mémorisation de séquences.

 Les Formats
Le format d’enregistrement des caméscopes numériques est le DV, abréviation de Digital Video. Le format le plus répandu pour les caméscopes numériques est le MiniDV. Toutefois, ce n’est pas le seul format disponible.

- MiniDV :
Utilisant le format d’enregistrement DV, ce support permet, de par sa taille réduite (6.6x4.8x1.2cm), une remarquable compacité des caméscopes. A ce jour, la durée d’enregistrement maximum constaté (en vitesse lente) peut atteindre 2 heures sans perte de qualité. L’inconvénient majeur du MiniDV est le prix élevé des cassettes.
Les cassettes MiniDV sont disponibles en 30, 45, 60 et 90 minutes.

- Digital 8 :
Aujourd’hui, ce format est utilisé uniquement par Sony et Hitachi. Certes, plus grand que le MiniDV (9.4x6.1x1.4cm), il a l’avantage principal de permettre au caméscope de lire et d’enregistrer avec les anciennes bandes Hi8 et 8mm des caméscopes analogiques. Par contre, la durée d’enregistrement est réduite par rapport au MiniDV. Mais le coût à l’achat des cassettes est plus bas que celui du MiniDV.
Les cassettes Hi8 et 8mm sont disponibles en 30, 60, 90 et 120 minutes.

- MicroMV :
Format développé uniquement par Sony, il n’utilise pas le DV, mais le MPEG-2. Comme son nom l’indique, la cassette MicroMV est très compacte (trois fois plus petite qu’une MiniDV). Le format MPEG-2 est moins gourmand en place que le format DV grâce à un débit variable (jusqu’à 12 Mbps) qui donne un taux de compression plus important. Mais ce taux de compression étant plus important, la qualité de l’image en pâtit. Le principal avantage de ce format est qu’il permet d’obtenir les plus petits caméscopes au monde. Mais, étant une technologie nouvelle, le prix s’en ressent. 

- DVD :
Format encore peu répandu, il permet d’enregistrer vos vidéos non plus sur une bande mais sur un DVD (8cm). A ce jour, 3 types de DVD sont utilisés pour ce format : le DVD-RAM (réenregistrable, mais non reconnu par une majorité de lecteurs de DVD de salon), le DVD-R (enregistrable une fois) et le DVD-RW (réenregistrable). Ces deux derniers types de DVD sont lisibles sur la plupart des lecteurs de DVD de salon. Le principal avantage de ce format est donc la lecture immédiate du disque sur un lecteur de salon.

- Disque dur :
Les caméscopes à disque dur ou à carte mémoire sont les derniers à être apparus. Si au tout début ces derniers était souvent des appareils hybrides qui combinent les fonctions de caméscopes et d'appareil photo, aujourd'hui il existe des appareils à disque dur ou carte mémoire exclusivement dédiés à la vidéo. Le point positif se situe au niveau du transfert des images vers un ordinateur. Les longues séances d'acquisition disparaissent. Connectés à une ordinateur, ces caméscopes son souvent reconnus comme un disque dur externe ou une clef USB : un simple glisser/déposer suffit alors. Certains nécessitent cependant l'installation d'un pilote spécifique. Egalement, plus le besoin d'acheter sans fin cassettes ou DVD vierge ! Mais comme pour les caméscopes DVD, le bat blesse au niveau de la qualité d'image délivrée.
 


Comparez les prix !

Infos Conso 
 Actualités
 Avis consommateurs
 Baromètre des sites
 Dossiers conso
 Forum 


Bon à savoir !

Filmer en 4K : vos souvenirs en ultra haute définition

Combien de temps puis-je conserver des aliments au congélateur ?

Dois-je débrancher ma télé quand je pars en voyage ?

 Derniers avis Conso

  Aspirateur Tornado TO 5430 
MAUVAISES ODEURS

  Decoclico
ESCROQUERIE fuyez ce...
  Lave linge Whirlpool AWOD8455 
Whirlpool ZERO qualité

  SIEMENS CI36BP01
Partie congélateur défectueuse

Déposer un avis

 Contact   Partenaires   Pourquoi UC ? 
Agence DevComWeb   -   Technologie Micrologiciel™